Un euro par jour pour accéder à une mutuelle, et ce, à partir du 1er novembre prochain, telles sont les modalités pour plus d’un million de personnes qui solliciteront d’une Couverture maladie universelle complémentaire ou le CMU-C.

Une mutuelle santé accessible pour un euro par jour

Ce sera au 1er novembre prochain que l’extension de la Couverture maladie universelle complémentaire ou CMU-C prendra effet d’après l’exécution du Plan pauvreté d’Emmanuel Macron en septembre 2018. D’après les déclarations de la ministre Agnès Buzyn sur BFMTV: « Au 1er novembre 2019, nous mettons en place une réforme par laquelle nous augmenterons le nombre de personnes qui vont avoir accès à la CMU-C contributive. Ce seront un million de personnes en plus qui vont pouvoir accéder à une mutuelle pour un euro par jour ».

La mesure CMU-C, pour les personnes vulnérables et écartées des systèmes de mutuelle santé

La CMU-C et l’ACS étaient auparavant deux régimes qui se différencient par le plafond d’attribution. La première, la CMU-C, étant réservée aux ménages dont les revenus se placent au niveau inférieur, l’ACS est la seule couverture santé dont ces derniers peuvent s’attribuer au vu de leurs revenus modestes. C’est ainsi à partir du 1er novembre que les deux dispositifs se rapprocheront et que les foyers puissent accéder facilement à une complémentaire santé plus complète, c’est-à-dire que le plafond d’attribution de la CMU-C a été révisé. Cette réforme visée par le gouvernement donne le plein avantage aux ménages qui se voient être écartés de la CMU-C malgré leur volonté de jouir des privilèges relatifs à ce dispositif.

A lire aussi:  Le recours au vélo elliptique, un atout pour la santé

La politique santé touche grandement les individus en difficulté et fragiles, notamment les retraités dont les seules sources financières ne sont que l’ASPA ou le minimum vieillesse. Elle instaurera, en conséquence, un régime parfaitement adapté à cette classe sociale. La participation à verser pour bénéficier d’un comparatif mutuelle senior sera plafonnée à 30 euros par mois. C’est un seuil officiel, mais il est à noter que celui-ci peut bien descendre au-delà. Tout dépendra de l’âge de l’assuré. Le gouvernement, à travers la mise en place de cette mesure, est en étroite collaboration avec tous les organismes-acteurs dans le secteur, entre autres les enseignes complémentaires et l’assurance maladie obligatoire.

Pour rappel, l’accès aux soins est visiblement très limité dans l’Hexagone. Multiples sont les raisons qui causent cette défaillance au niveau de la santé de l’individu. Toutefois, le gouvernement a retenu ce point clé, les tarifs au niveau des organismes assureurs. De plus, ces derniers sont plus ou moins importants à l’encontre des séniors, cette catégorie socioprofessionnelle justifiant d’un état de santé très changeant. C’est dans la logique de veiller sur ces personnes que le gouvernement plébiscite leur accès aux soins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *