voyager en chine

La manipulation de la céramique est vraisemblablement une culture dont les Chinois détiennent la maîtrise. Un héritage qui mêle art et histoire puisque le mot « China » signifie littéralement « céramique » dans la langue de Shakespeare. Ce talent particulier ravit les nombreux touristes qui visitent le pays. Les objets se démarquent par leurs qualités et se reconnaissent aisément. La porcelaine existe en deux types : une tendre et une dure.

L’origine de la poterie et l’évolution de l’industrie de la porcelaine

L’histoire de la céramique remonte à plusieurs siècles. Elle naquit en Chine suite à l’identification du kaolin. Issue de l’évolution des techniques, la cuisson de l’argile crée la porcelaine. Cette dernière voit le jour durant le patriarcat des T’ang, entre les années 618 et 907. De retour en Occident, Marco Polo rapporte la « Porcellana » de son périple en Chine. L’ouverture de la Route des Indes a permisson entrée vers l’Europe. Une guerre marchande est déclarée entre les Français, les Anglais, les Portugais et les Hollandais. Vers le début du 14e siècle, sous les règnes des Ming et Qing, les porcelainiers chinois gagnent encore plus de place. À Jingdezhen, la production de céramique prit son envol sous la dynastie des Han. La ville abrite de nombreux fours, lui permettant d’intensifier son flux de fabrication. Par l’occasion, elle devient le foyer de l’industrie de la porcelaine en Chine.

Quand la porcelaine dure donne naissance à une matière plus tendre

Voyager en Chine est une opportunité pour mieux connaître les secrets de la poterie. La porcelaine dure est la première à y être. Issue d’une argile blanche, le kaolin, sa maniabilité est associée à la concoction pour donner naissance à la céramique. Impressionnés par la qualité de la matière, les Européens tentent ensuite d’en fabriquer leur version. En 1709, une gîte de kaolin est localisé par l’alchimiste Friedrich Bottger, dans la Saxe. Ce fut le début de l’histoire de la poterie en Europe. En France, l’usine de Sèvres commence sa confection en 1967, après le repérage du gisement de Saint-Yriex, près de Limoges. Le service de Marie-Antoinette fut l’une des premières pièces fabriquées. C’est ainsi que la porcelaine tendre vit le jour. Certes, la qualité de la matière n’est pas similaire à celle d’origine chinoise. Cette dernière reste exceptionnelle dans sa solidité et sa translucidité.

Les détails et les particularités de la poterie Céladon de Longquan

La poterie Céladon de Longquan se distingue par sa couleur. Voyager en Chine, précisément à Zhejian, est l’occasion de visiter les potiers de la ville. Cet art et sa recette traditionnelle se sont transmisde génération en génération. Le secret de sa beauté réside particulièrement dans sa technique de cuisson dont la température doit être précise. Durant chaque processus, les artisans se servent d’un thermomètre afin de vérifier la chaleur. Une insuffisance ou un excès de concoction peut entraîner l’échec de la qualité. Au total, les étapes de la cuisson et le refroidissement se font respectivementen 3 fois. Cette poterie existe en deux styles différents. Le « grand frère » est de couleur noire avec un effet craquelé et le « petit frère ». Ce dernier est d’une teinte gris lavande et vert prune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *