Le Château Latour, propriété de François Pinault depuis 1993, n’est pas le premier des grands crus de 1855 à être certifié biologique. Mais il est le premier des premiers crus (1er Grand Cru Classé) à être certifié biologique pour un vin rouge puisque ses confrères Premiers Grands Crus (Château Margaux, Lafitte-Rothschild, Mouton-Rothschild, Haut-Brion, Pétrus, Cheval Blanc et Ausone) n’ont pas encore revendiqué le label vert. Les vins de Château Latour (Les Forts de Latour et Le Pauillac de Château Latour) seront officiellement certifiés biologiques à partir du millésime 2018.

Les vins biologiques parmi les crus classés de Bordeaux 1855

Par rapport à certaines autres régions, et malgré la richesse générée par les grands domaines viticoles bordelais, la région bordelaise n’est pas tout à fait une région viticole française de premier plan en matière de pratiques biologiques. Le climat, avec sa forte influence de l’océan Atlantique voisin, pourrait être en cause ici. La plupart des grands domaines ont également tendance à évoluer lentement, surtout lorsqu’il s’agit de prendre des risques sur la qualité de la récolte.

Le millésime 2018, dont les vendanges ont été terminées il y a quelques semaines à peine, est un exemple typique de l’effet néfaste du mildiou sur les vignobles de la région lorsque le printemps est humide. Pourtant, de nombreux châteaux courageux et soucieux de l’environnement ont lancé la tendance vers un plus grand respect de l’environnement à Bordeaux.

Le Château Pontet-Canet, 5ème Grand Cru classé de Pauillac, avait obtenu la certification biologique d’Ecocert et la certification biodynamique de Biodyvin dès 2010, avec une nouvelle certification pour la viticulture biodynamique de Demeter en 2014.

A lire aussi:  D’où vient le succès des cafetières Nesspresso ?

À Margaux, le 2e cru Château Palmer gère ses vignobles en biodynamie depuis 2013 et a été certifié pour ce cru l’an dernier en 2017. Château Montrose, le 2e cru de Saint-Estèphe a déjà converti 35 % de son vignoble à la viticulture biologique.

De nombreux Châteaux du Médoc font des essais de pratiques biologiques sur certaines parties de leur vignoble et s’agrandissent progressivement, comme Pédesclaux, Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Marquis de Terme ou Château Giscours.

Château Pédesclaux à Pauillac, Bordeaux, France

Sur la rive droite à Saint-Emilion, le Château Fonroque a été un leader des pratiques biologiques et biodynamiques avec un statut de bio gagné en 2006, tandis que le Château Angelus a annoncé sa conversion en début d’année. Parmi les autres vins biologiques de Saint-Emilion, on trouve le Cadet-Bon, le Moulin du Cadet et le Château Coutet. Dans l’ensemble, lentement mais sûrement, Bordeaux se dirige certainement vers des pratiques plus biologiques. Le journal LeMonde.fr rapporte que 15% des Curs Classés de 1855 sont maintenant convertis, alors que seulement 8% de la production de vin de Bordeaux l’est.

Château Margaux aurait également commencé sa reconversion.

L’annonce que Château Latour a désormais rejoint les rangs des Châteaux bio va certainement amplifier le mouvement, et même l’accélérer peut-être ? Pour découvrir les produits de châteaux Latour, vous pouvez visiter cette adresse : https://www.premiersgrandscrus.com/fr/151_latour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *